[Zeppo - Eco Anarcore]
Accueil
Biographie Musique
Textes
Concerts
Photos
Vidéos
Affiches
Presse
Fiche technique
Zepprod
Le Chat Dechaine
Liens
Contact

Reprise de conscience

La rage au ventre.
Le cœur en cendres.
Pensées incandescentes.
Purifier mon antre.

La peur à sa vue.
Me débattre ? Il me tue.
Paralysie accrue.
Je n’en peux plus.

Des myriades de sentiments
faisant feu dans ma tourmente.
Confusion sans précédent.
Panique sous-jacente.

Car mon être il souille,
De son haleine, de ses couilles.
Sa salive sur ma bouille
Goutte, me brûle comme des douilles.

Mon corps, il se l’approprie,
Sans remord en étouffe les cris,
le vole, le spolie,
le viole sans répit.

Sur ma dignité il glaire
un avenir sans repère,
comme marqué au fer
connaissance je perd…

… « Le patriarcat et sa domination
Baignent les consciences dans l’illusion,
Que la femme face à une agression
n’a que les yeux pour pleurer et le résignation,

que l’homme dans sont règne,
la désignant de « sexe faible » 
peut à loisir disposer d’elle
sans état d’âme, ni peine.

Oh, sœur ;
Remettons les pendules à l’heure.
Mise au placard des pleures,
Retour au présent, occupe-toi du violeur ! »

Je tire, j’arrache, l’oreille se détache.
Je mords, je déchire toutes parties qui dépassent.
de mes doigts comme d’un glaive, ses yeux je crève,
le tympan saigne lorsque j’y hurle à perdre haleine.

Cours, cours, cours violeur cours, cours, cours.
Surtout ne t’attarde pas à prendre un quelconque détour.
Cours, cours, cours violeur cours, cours, cours.
Ne sens-tu pas sur ta nuque la chaleur de mon souffle.

Une arachnide, violeur, est à tes trousses,
Voici la forme que je prends pour gagner cette course
Et si tu tombe, violeur, dans mes fils,
Je te passerai l’envie d’abuser d’une fille.

Car je pendrai par les parties,
Les auteurs de telles infamies. (Bis)