[Zeppo - Eco Anarcore]
Accueil
Biographie Musique
Textes
Concerts
Photos
Vidéos
Affiches
Presse
Fiche technique
Zepprod
Le Chat Dechaine
Liens
Contact

Bienvenue en Suisse

bienvenue en suisse, ici paraît-il le peuple est roi
règne en maître et sur son bulletin de vote choisit lui-même ses propres lois
respire l’air pure des alpes en regardant flotter son drapeau
dans une économie prospère où l’argent coule à flot

efface ces palabres, le vrai visage du diable se cache
derrière les sinistres mascarades en première page des torchons qui s’arrachent
les bourgeois chantent les louanges de leur monde
mais voici la poussière sous le tapis rouge du sang de tant de blessures profondes

la dictature du grand nombre, voilà tout ce qu’ils respectent
écoute la sacro-sainte voix du peuple de leur démocratie directe
voici ce qu’elle répète, tout ce que ça donne
l’extrême droite au pouvoir, une politique d’asile qui piétine les droites de l’homme

en droite ligne d’une longue histoire, trop souvent passée sous silence
pendant que ceux qui ne savent rien disent tout ce qu’ils pensent
l’or des dictateurs de toute la planète
dort au chaud à l’abri des regards dans les coffres-forts en cachette

bienvenue en suisse, terre d’accueil de l’argent sale
venu pour remplir les coffres, tirer profit des charmes du paradis fiscal
pendant que des familles entières croupissent en centre de rétention
chacun célèbre la liberté de la nation (2x)

dans le troupeau les choses vont bon train, personne ne se révolte
les citoyens patientent, remplissent les files d’attentes aux portes de bureaux de vote
dans leur enveloppe, se cache la voix qu’ils viennent apporter
mec, ta liberté n’est qu’un simple morceau de papier

enfermés dans leur monde, les moutons de toutes sortes s’endorment
se contentent de suivre docilement les ordres des hommes qui portent l’uniforme
les chiens de garde mordent toujours plus fort, dévorent les cerveaux
la police de la pensée patrouille sur toutes les pages des journaux

la majorité que tous acclament cache un visage blême
facile de se prétendre libre, quand on ne pense pas par soi-même
le système s’assure que tu coche la case correcte
que chaque citoyen cache bien un flic dans sa tête

ces lâches qui, d’un geste, le dimanche en sortant de la messe
acceptent que leur pays s’obstine à vendre des armes, cautionne son sinistre commerce
avant de rentrer chez eux, s’adonner au commérage
parler de la violence des jeunes, qu’ils étaient meilleurs à leur âge

bienvenue en suisse, terre d’accueil de l’argent sale
venu pour remplir les coffres, tirer profit des charmes du paradis fiscal
pendant que des familles entière croupissent en centre de rétention
chacun célèbre la liberté de la nation (2x)

dans les coffres-forts s’entasse l’argent du vice à l’abri des regards
le salaire du crime qui paie cash, remplit les poches de costards
qui finance le bal mène la danse, dans la ronde des capitaux
le diable donne la cadence et ses adeptes ne font pas d’cadeaux

sous la protection sans faille de l’état policier
les tractations vont bon train, et la répression s’abat sans pitié
aux abords de leurs forums, chaque année, les militaires sortent
les pires bâtards que la terre porte, se rassemblent sous bonne escorte

les armes s’exportent, aux quatre coins du globe
transfèrent leur savoir-faire, aux dictatures de toutes sortes, et resserrent la corde
vendent la mort dans un silence sinistre, sans publicité
la soi-disant neutralité des lâches cache leur complicité

loin des discours plébiscités, le pouvoir agit toujours en traître
et le nerf de la guerre règne en maître
ceux qui empochent les richesses se foutent bien de qui écrit les lois
bienvenue en suisse au pays où l’argent est roi

bienvenue en suisse, terre d’accueil de l’argent sale
venu pour remplir les coffres, tirer profit des charmes du paradis fiscal
pendant que des familles entière croupissent en centre de rétention
chacun célèbre la liberté de la nation (2x)

Nellio / K-trième Dimension